Afin de visualiser l'animation veuillez mettre à jour le player Flash : Adobe player Flash
musée de Richelieu

L'art & la mise en scène du pouvoir

 

Collectionneur averti d’œuvres d’art, le Cardinal de Richelieu possédait, dans son château de Touraine, une des plus importantes collections de peintures et de sculptures de son temps. Une partie de ces chefs-d’œuvre vous est présentée, en exclusivité, au musée de Richelieu.

 

Situé au premier étage de l’Hôtel de Ville, le musée de Richelieu, labellisé musée de France, fut inauguré le 25 Novembre 1961. En 2011, l’exposition Richelieu à Richelieu, d’intérêt national, dédiée à l’ensemble des collections du Cardinal dans son château en Touraine, fut l’occasion de mettre en place une nouvelle scénographie qui s’organise autour de six grands thèmes :

 

L’effigie sculptée

 

Une première salle offre au regard du visiteur un ensemble de bustes aux signatures célèbres dont celle de Jean Varin et d’après Le Bernin. Richelieu possédait la plus grande collection française de sculptures antiques de la 1ère moitié  du 17e siècle, l’une des premières en Europe, soit 400 pièces environ dont 250 dans son château à Richelieu.

 

La galerie des batailles

 

La seconde salle, divisée en deux, restitue en partie les éléments qui composaient la grande Galerie du Château. On y accède par une des quatre portes monumentales provenant du château. Elle est décorée des chiffres de Richelieu surmontés du chapeau cardinalice et de la couronne ducale. Des éléments marins, ancres croisées, font référence à la charge de Grand Amiral de la Flotte qu’il occupait en 1626.

 

Située au premier étage de l'aile nord du château, la Galerie des Batailles déroulait sur ses murs un programme iconographique d'une exceptionnelle richesse, à la gloire des campagnes militaires menées, de 1627 à 1636, par Louis XIII et Richelieu, à l'intérieur et à l'extérieur du royaume : 12 sièges de villes et 8 batailles.

De ce prestigieux décor conservé jusqu'à la Révolution, subsistent aujourd'hui douze tableaux appartenant depuis 1837 aux collections du Château de Versailles dont six d’entre eux sont laissés en dépôt au musée de Richelieu : Le siège de l’Ile de Ré, Le siège de la Rochelle, La Réduction de Montauban, La Réduction de Nîmes, La bataille d’Avein et La prise de Corbie.

 

L’art du portrait

 

De Philippe de Champaigne à Simon Vouet, Richelieu s’est appliqué à utiliser l’art des plus grands maîtres pour servir le Roi et l’Etat. Il aimait en particulier le style de Philippe de Champaigne, un des représentants majeurs du classicisme pictural.

 

Le célèbre peintre réalisa aussi de nombreux portraits de Richelieu, 24 au total. Le Cardinal est représenté en pied, comme le Roi et non assis, comme le voulait la tradition pour les prélats. Le portrait est utilisé comme un vecteur de propagande, il vise à célébrer la gloire du Roi et de son ministre et à montrer ainsi la grandeur de la France.

 

Les gravures de Jean Marot

 

Ouvrant une troisième perspective, les planches gravées illustrent les différentes vues du Magnifique château de Richelieu en général et en particulier, reproduites à partir de l’exemplaire original de l’album de Jean Marot, présenté in situ dans son intégralité.

 

Le château de Richelieu  est connu grâce à de nombreux plans et gravures du 17e siècle ainsi que l’ouvrage de Benjamin Vignier, ancien gouverneur du château, dans la deuxième moitié du 17e siècle, qui en livra une description fidèle, sorte de guide à l’attention des visiteurs, Le château de  Richelieu ou l’Histoire des Dieux et des Héros de l’Antiquité.

 

Richelieu & la cité

 

Si le château a été détruit, la ville est restée quasiment intacte, telle qu’elle se présentait au 17e siècle. Régie par les critères de symétrie et d’axialité, elle a été construite selon des règles bien précises. Son plan très novateur vise à montrer la grandeur de la monarchie. Composé à partir d’objets retrouvés et des lettres patentes de Louis XIII, cet espace illustre le plan ambitieux de la ville alors en cours de construction.

 

Conférences

La marine au temps de Richelieu, par Hugues EUDELINE, ancien élève de l’Ecole navale, diplômé de l’U.S. Naval War College, le 10 juin, à 18h30

 

Le renouveau des Arts au début du 17e siècle, par Marie-Pierre TERRIEN, historienne, le 15 juillet, à 18h30

 

Iconographie, gastronomie et pratiques des repas sous Louis XIII, par Sandrine KRIKORIAN, docteur en histoire de l’art, spécialiste de l’histoire de la cuisine et des arts de la table, le 19 août, à 18h30

 

Le jeu au temps de Richelieu, par Elisabeth BELMAS, professeur d’histoire moderne à l’université de Paris-XIII, le 2 septembre, à 18h30

 

Concert

Chérubin, petite fiction mozartienne sous forme de cantate amoureuse, par Marlène GUICHARD, soprano et Marie PERRIN, mezzo-soprano et flûte traversière, le 15 avril à 18h30

 

Musique traditionnelle des Pays de l’Est & swing manouche par l’Orchestre KAROUTZA, le 27 mai, à 18h

 

Airs italiens sous Louis XIII, Lambert, Rossi, Lully, Cavalli… avec Florian RANC, contre ténor et Fabien BRANDEL, théorbe, le 4 août  à 18h30

 Horaires

 

du 1er avril au 30 septembre : tous les jours (sauf le mardi) : 10h-12h et 14h-18h
du 1er octobre au 31 mars : du lundi au vendredi (sauf le mardi) : 10h-12h et 14h-17h

 

Fermeture le mardi

 

Groupes, toute l'année sur réservation

Tarifs

 

Adulte : 3€
Enfant – de 12 ans : gratuit
Groupe : 2€/pers.

 

Pass’ Espace Richelieu et Musée :
Individuel : 6€
Groupe : 5€

 

Possibilité de billet jumelé avec la visite de la ville :

 

Tarifs groupe, contacter l’Office de Tourisme
Tarifs Individuel (du 09/07 au 30/08) :
Pass’ Espace Richelieu/Visite de ville : 7€
Pass’ Musée/Visite de ville : 6€
Pass’ Espace Richelieu /Visite de ville/ Musée : 10€
Enfant – de 12 ans : gratuit

Renseignements

 

Office de Tourisme – Place du Marché - 37120 Richelieu : 02 47 58 13 62
www.tourisme-richelieu.fr

Mairie de Richelieu – 1, place du Marché - 37120 Richelieu : 02 47 58 10 13
www.ville-richelieu.fr