Afin de visualiser l'animation veuillez mettre à jour le player Flash : Adobe player Flash
Jumelage Richelieu-Wuzhen

 Origine du jumelage

 

Wuzhen est un bourg situé au bord du Grand Canal au sud de l’embouchure du Yangtze, sur le territoire de la municipalité de Tongxiang, dans le nord de la province du Zhedjiang, à environ 140km au sud de Shanghaï. Fondé au IXe siècle, à la fin de la dynastie Tang, il a connu plusieurs périodes de grande postérité, avant de tomber dans l’oubli au siècle dernier.

 

A la fin des années 1990, d’importants travaux de rénovation et de préservation ont été entrepris. En janvier 2001, le bourg a commencé à accueillir des visiteurs. Aujourd’hui, il est classé parmi les dix premières localités historiques et culturelles du pays et reconnu par l’UNESCO comme un site du patrimoine culturel mondial. En 2012, il a reçu plus de 6 millions de touristes venant de Chine et du monde entier.

 

La fondation Segalen avait suggéré l’idée de se rapprocher de la ville de Richelieu dont le nom est connu des Chinois notamment grâce au roman « Les Trois Mousquetaires » d’Alexandre Dumas, très apprécié en Chine.

 

Les deux agglomérations, malgré les différences d’échelles, possèdent de la même façon un important patrimoine architectural et culturel, résultat d’un riche héritage historique, qui peut donner lieu à des échanges de qualité, notamment dans les domaines du rayonnement culturel et touristique. M. Hervé Novelli, maire de Richelieu, alors Secrétaire d’Etat chargé du Commerce et du Tourisme, s’est montré favorable à la proposition.

 

Développement du jumelage

 

Depuis 2012, différents échanges ont eu lieu entre les deux partis qui ont décidé d’organiser deux expositions croisées, « Richelieu à Wuzhen » et « Wuzhen à Richelieu », inaugurées lors de visites officielles en 2014 : M. Hervé Novelli, à la tête d’une délégation de Richelais, s’est rendu en Chine dans la semaine du 19 au 24 mai 2014 et a accueilli la visite de son homologue chinois en juillet, à l’occasion du Festival de Cape et d’Epée, les 19 & 20 juillet.

 

Dans le domaine de la formation universitaire, Richelieu dispose d’un atout remarquable. Le Cardinal, fervent défenseur des arts et du savoir, a créé l’Académie française et favorisé le développement de la Sorbonne. Par la suite, ses héritiers ont légué le parc de Richelieu aux Universités de Paris. Aujourd’hui, la ville, chargée de l’exploitation du parc, envisage de créer, en partenariat avec l’Académie de Paris, une plate-forme d’enseignement (sur le modèle des « Universités d’été ») susceptible d’accueillir des étudiants chinois. Les cours seront assurés par des professeurs des universités parisiennes (sur l’histoire, la littérature…) pour lesquels une « attestation » sera délivrée par la Sorbonne, très désireuse d’établir des partenariats avec les universités chinoises, notamment avec l’université de Zhejiang ou d’autres établissements de Shanghai.

 

Plusieurs projets d’investissements, notamment immobiliers et touristiques, sont également à l’étude.  

 

Exposition « Richelieu à Wuzhen »

 

La délégation chinoise a présenté aux Richelais la partie de Wuzhen qui fait la fierté (et la postérité) de la ville depuis une dizaine d’années, la « zone touristique ouest ». Il s’agit de la partie restaurée et développée spécifiquement au tourisme, sur le modèle d’un parc à thème. Pour accéder à cette zone, les 6 millions de personnes qui visitent Wuzhen tous les ans passent par le hall d’accueil pour emprunter les bateaux qui mènent à l’intérieur de la zone. C’est dans un bâtiment voisin du hall d’accueil que se tient l’exposition « Richelieu à Wuzhen », labellisée dans le cadre de la commémoration du 50e anniversaire des relations diplomatiques de la France et de la Chine.

 

 

Pour en savoir plus, téléchargement dossier de presse de l'exposition « Wuzhen à Richelieu ».